La cloche sonne à nouveau

La cloche « Charles-Anne » a fait l’objet d’une restauration dernièrement. Arrêtée depuis décembre 2017, celle-ci a été remise en service le jeudi 23 janvier 2020.

Depuis quelque temps, l’atmosphère du village, sans être pesante, laissait dans l’air l’impression vague d’un vide sans que l’on puisse en définir précisément la nature.
Cependant une oreille attentive pouvait remarquer que la cloche de l’église restait anormalement muette, laissant à celle de la mairie le seul tintement familier.

Le conseil municipal, conscient de ce silence anormal et ne pouvant accepter que puisse disparaître cette sonnerie qui, depuis des temps reculés, annonçait au village tant d’événements, petits et grands, joyeux et tristes, a mandé un spécialiste auprès de la vieille dame.

Le diagnostic a été consternant : Anses cassées, menaces de décrochage, alimentation électrique obsolète. Des réparations importantes devaient être envisagées si on voulait faire revivre le tintement connu depuis si longtemps.

Nonobstant un coût très élevé, les travaux furent entrepris. La vieille dame dut être percée, vissée, boulonnée, déshabillée de sa vieille installation électrique au profit de nouvelles normes et enfin réinstallée dans son beffroi de chêne.

Aujourd’hui, dans une presque jeunesse retrouvée, laissant à sa sœur de la mairie égrener les heures, elle reprend ses volées, matin, midi et soir, rappelant à ceux qui la traduisent, que l’homme ne vit pas seulement par son travail.

L’impression d’une absence dans le village a maintenant disparu et chacun peut reconnaître son tintement familier. Merci Anne-Charles et longue vie à toi pour accompagner à nouveau les vies de notre village.

***

A noter : Le coq placé sur le clocher de notre église indique d’où vient le vent et sert ainsi de girouette. Celui-ci est tombé l’an dernier mais retrouvera le sommet de l’église prochainement.

Le mouton, partie en acier qui maintient la cloche sur le beffroi, a été changé. Il permet le bon fonctionnement de la mise en volée de celle-ci grâce à des tourillons et ses roulements à billes qui sont fixés dessus. L’ancien n’offrait plus la sécurité nécessaire à sa mise en volée.

Anse de la cloche cassée

Auparavant, la cloche contenait 6 anses dont l’une était cassée (ce qui a été le motif de la mise en arrêt en 2017) et 2 autres supprimées lors du précédent montage (vraisemblablement lors de la reconstruction de l’église). Il n’en restait plus que 3 utilisables. Cet état représentait un danger car la cloche pouvait se décrocher à tout moment.

Pour maintenir à nouveau la cloche, les anses restantes ont été utilisées mais en raison d’un nombre insuffisant, des goujons ont été rajoutés. Ces tiges en acier sont boulonnées sur la cloche grâce au percement de 4 trous en sa partie haute puis fixées au mouton pour la brider à son support.

 

 

Le beffroi en chêne est indépendant de la charpente. Cela permet d’encaisser à lui seul le mouvement de la cloche sans répercussion ni sur la charpente ni sur la maçonnerie.

La cloche de Moussy pèse environ 600 kg.

Battant de type rétro-lancé avec contrepoids.

 

Le battant de type rétro (balancier intérieur avec contre-pieds) a été refixé. Ce montage (balancement de la cloche de 30 à 45°) permet une amplitude de la cloche moins importante que le montage dit de “type lancé” (balancement à 90°).

Pour information, le poids d’une cloche à la volée dite “lancée”, est multiplié par 3. En volée dite “rétro”, le poids de la cloche n’est multiplié que par 1,5.

 

 

Ce montage protège de l’usure du beffroi.

 

Le marteau tinteur (sonnerie horaire et glas) et le moteur de la volée avec son ensemble de transmission ont été remplacés.

Marteau tinteur – Sonnerie horaire et glas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En outre, pour des raisons de mise aux normes électriques, les lignes d’alimentation et de commandes avec la mise en place d’une protection magnéto thermique pour les moteurs en cas de surchauffe (sécurité risque incendie) ont, eux aussi, été changés.

Enfin, l’horloge pilote a été remplacée pour respecter la norme électrique (l’ancienne étant vétuste avec des fusibles en porcelaine).

 

Le coût financier

Le devis signé le 14 juin 2019 s’élève à 9 207,00 € TTC.

Une subvention du Parc naturel Régional du Vexin français (PNR) d’un montant de 3 836,25 € a été octroyée à la commune représentant ainsi 50 % du montant de la facture HT.

Une autre vient compléter celle du PNR à hauteur de 20 % de la somme totale HT soit 1 534,50 € octroyée par le Département du Val d’Oise.

La cloche sonne

  • Les heures et demi-heures
    • Du lundi au vendredi : De 7 heures à 19 heures
    • Les samedis et dimanches : De 8 heures à 19 heures

 

  • L’angélus
    • 3 fois par jour : 7h03 – 12h03 et 19h03

En savoir plus